Sonora (Album)

EN / Pierre Clemens (born 1970, lives and works in Brussels)

He makes sound recordings, electro-acoustic compositions and public performances.

Already at the age of thirteen he started some experiments with tapes recordings But it’s only after his studies at the Royal Academy of Fine Arts of Brussels that he deepened his sound research by mixing tape recordings with electro-accoustic compositions. He tried to fuse both to create some very special universes which never repeat. Self-taught in the acoustic field, he tries to approach our present musical univers with a genuine perception. He is also willing to build links between his sound creations and his visual artworks (drawings, paintings and videos) This research is today still going on. The soundspace is to him like an echo related to landscape image creation. This landscape is not an oppressing reality, because it comes from a very intimate part of ourself. The landscape is a mental image of our soul. The tension between the microscopic world and the infinite space is at work in these electro-acoustic compositions.

Field recording

The sound recording is for Pierre Clemens at the same times a documentary trace with an historical or social interest , but also a soud material for future Works. Over a period of time has been building up a librairy of world sounds without hierarchy. He captures different social happenings (e.a a strike in a car factory) but also more abstract sounds (wind…) in Denmark.


FR / Pierre Clemens (Né en 1970, vit et travaille à Bruxelles)

Réalise des enregistrements sonores, des compositions électro-acoustiques et des performances publiques.

Il expérimente vers l’âge de 13 ans ses premières manipulations à partir de bande de cassettes audio grand public. Ce n’est que plusieurs années après ses études de dessin, aux Beaux-Arts de Bruxelles, qu’il entame une recherche sonore approfondie. Mêlant à la fois enregistrements audio et compositions électro-acoustiques. Il tente la fusion des deux et crée des univers très particuliers et jamais répétés car sans modèle définis. Autodidacte dans sa recherche acoustique, il aborde d’un regard neuf l’univers musical et sonore de son époque, établissant des liens entre son travail visuel (Dessin, peinture et même vidéo) et la création sonore. Une recherche entre son et image en découle tout naturellement et l’occupe encore aujourd’hui. L’espace sonore est pour lui un écho d’une recherche plastique lié à la définition globale du paysage. L’espace environnemental n’est pas qu’une réalité qui s’impose à nous, car nous y apportons le plus intime de nous même et ce par l’entremise de notre propre projection mentale (affective, cognitive et réflexive) Le paysage est donc le lieu de l’intime et du singulier. Ainsi ses préoccupations sur l’espace des limites (le microscopique/l’immense) se retrouvent aisément dans ses compositions électro-acoustique.

Field recording

L’enregistrement sonore est pour Pierre Clemens, à la fois une trace documentaire, pouvant avoir un intérêt historique ou sociétale, mais aussi une matière sonore servant d’élément à de futures compositions électro-acoustique. Ainsi, avec les années, il se crée une bibliothèque des « sons du monde ». Sans s’imposer de hiérarchie, il capte aussi bien un événement de société (ex. : une grève d’ouvriers dans une usine d’assemblage de voiture) que des sonorités abstraites, texturales (ex. : Éoliennes au Danemark) Convaincu que l’importance d’un son ne vient pas de son contexte, il est ouvert à toutes les sonorités de son environnement.